patrimoine industriel

Champagne-Ardenne, Ardennes


Boulonneries

Type de dossier : collectif d'aire d'étude Date de l'enquête : 2009

Désignation

Dénomination : usine de décolletage
Décompte des oeuvres recensées : 42 repérées ; 21 étudiées

Compléments de localisation

Aire : Ardennes

Historique

Commentaire historique : Une quarantaine d'usines ont eu pour unique activité et quelque fois comme activité complémentaire ou secondaire la production de boulons. Cette activité phare était la plus importante des vallées de la Meuse entre Charleville et Monthermé et de la Semoy entre Thilay et Hautes-Rivières (Bogny-sur-Meuse, Thilay et Hautes-Rivières concentrent à elles-seules les trois quarts des boulonneries) et employait plusieurs milliers de personnes (1900 rien qu'à Bogny en 1887). Les petites usines étaient appelées des "boutiques", dénomination provenant des ateliers antérieurs de cloutiers à main.
L'assemblage par boulon (vis et écrous) se répand largement à partir du 19e siècle. Sa fabrication industrielle, permise grâce à l'apparition de nouvelles machines, est venue compenser le déclin de la clouterie à main pratiquée dans ces secteurs géographiques. Au milieu des années 1820 certains cloutiers et ferronniers commencent à forger des boulons pour les industries d'équipement, le bâtiment et la construction navale. Braux, Château-Regnault, Levrézy (communes regroupées au 20e siècle pour devenir Bogny-sur-Meuse) et Hautes-Rivières deviennent les centres de la fabrication des boulons. Les usines de boulonnerie atteignent leur apogée dans les années 1880 avec l'essor du chemin de fer. A partir de la seconde moitié du 19e siècle la boulonnerie devient complémentaire à la fabrication d'autres pièces forgées. Dans la seconde moitié du 19e siècle, certaines usines gagnent en importance, comme c'est le cas notamment de la Manufacture Ardennaise de boulons et ferrures de wagons de Levrézy (fin du 19e siècle). La Grosse Boutique de Bogny-Braux, la plus importante des Ardennes, élevée en deux fois durant le troisième quart du 19e siècle, regroupait plusieurs ateliers massés dans une étroite vallée.
Actuellement, la fabrication - exclusive - de boulons et vis est centrée dans la vallée de la Semoy (Thilay et Hautes-Rivières). Et on fabrique encore des écrous à Bogny-sur-Meuse (usines Marbaise, Cousin et Malicet). La production est destinée à l'automobile, au secteur ferroviaire, à l'équipement agricole ou naval (ancrages).
Datation(s) principale(s) : 19e siècle

Description

Commentaire descriptif : Les ateliers de fabrication les plus anciens des vallées de la Meuse et de la Semoy sont construits en moellon de schiste, avec charpente apparente en bois sur lesquelles étaient fixés les axes de transmission et les poulies permettant l'entraînement des machines-outils. Les couvertures étaient en ardoise.
Ces ateliers modestes ont souvent été englobés dans des agrandissements du 20e siècle aux murs en parpaings de béton ou à essentage de tôle. Les couvertures ne sont plus exclusivement en ardoise mais également en métal ou en ciment-amiante.
A l'intérieur les foyers de forge ont rarement été détruits et certaines machines-outils du début du 20e siècle encore en état de marche côtoient les machines à commandes numériques.
Dans la seconde moitié du 19e siècle, certaines usines gagnent en superficie. C'est le cas notamment de la Manufacture Ardennaise de boulons et ferrures de wagons de Levrézy (fin du 19e siècle), qui présentait une grande façade en brique côté Meuse au-devant d'une succession d'ateliers-modules couverts de toits à longs pans à charpente en bois. A l'inverse, la Grosse Boutique de Bogny-Braux (détruit, troisième quart du 19e siècle), regroupait plusieurs ateliers distincts en schiste.

Carte des boulonneries recensées


Illustrations

Des. 1
Carte des boulonneries recensées

Voir

Champagne-Ardenne, Ardennes, Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
Bogny-sur-Meuse, Bernisseaux (rue) 23, Usine de décolletage Joseph, Maré et Gérard Frères, puis Société Anonyme des Boulonneries de Bogny-Braux, actuellement Cousin et Malicet et collège
Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Bernisseaux (rue), Usine de décolletage (boulonnerie) Hardy-Capitaine (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Compain André (rue) 16, Usine de décolletage des Etablissements Doudoux-Pierrot, puis Marbaise
Bogny-sur-Meuse, Braux, Dolet (rue), Usine de petite métallurgie Merveille (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Braux, Helmuth Laurent (rue) 44, Grosse forge et usine de décolletage Lenoir et Mernier, puis Société Nouvelle Lenoir et Mernier, actuellement Affel'm
Bogny-sur-Meuse, Braux, Hugo Victor (rue) 43, Usine de petite métallurgie et boulonnerie Mernier, puis Sté Ardennaise des Techniques d'Outillage (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Jourde (rue) 32, Usine de décolletage Forges et Ateliers de la Vezouze-Laurent Colas et Autier Balteau
Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Vallée (rue de la) 103, Usine de décolletage dite Manufacture Ardennaise de boulons et ferrures de wagons, puis Société d'Estampage et de Forge Ardennes Champagne, actuellement musée dit Centre Culturel de la Métallurgie Ardennaise
Bogny-sur-Meuse, Braux, Usine de décolletage (boulonnerie) Danvin (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Braux, Usine de petite métallurgie et boulonnerie Bresson (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Braux ; Châtelet (le), Usine de décolletage (boulonnerie) et usine de traitement de surface des métaux (galvanisation) Lavialle et Prévost (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Château-Regnault, Usine de décolletage (boulonnerie) Guillemin et Cie (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Levrézy, Usine de décolletage (boulonnerie) Bosquet (repérage)
Bogny-sur-Meuse, Braux, Z.A de Braux ; Marguerites (avenue des), Usine de matériel agricole les Ateliers de Janves (repérage)
Bourg-Fidèle, Péchenard Emile (rue), Ancienne fonderie Péchenard (repérage)
Charleville-Mézières, Gambetta (boulevard), Usine de décolletage (boulonnerie) Brondois & Burckard (repérage)
Charleville-Mézières, Lobet Jules (rue) 22 ; Sorbat Marcel (rue), Blanchisserie industrielle, puis usine de transformation des métaux Industrie Métallurgique Française
Charleville-Mézières, Longueville (rue de) 22, Usine de petite métallurgie (boulonnerie) et d'estampage et usine de traitement de surface des métaux Jubert & Cie (repérage)
Charleville-Mézières, Nationale (avenue) 16 ; Gaulle de Charles (avenue) (?), Fonderie d'aluminium Moreau & Fils (repérage)
Gespunsart, Pussemange (route de), Usine de décolletage (boulonnerie) Ninin-Plismy-Lejay, actuellement usine d'emboutissage NPL (repérage)
Hautes-Rivières (Les), Espérance (l'), Espérance (rue de l') 14, Usine de décolletage (boulonnerie) et usine d'estampage Barteaux-Barré & Fils, puis Marcel Barteaux (repérage)
Hautes-Rivières (Les), Gare (rue de la) 3, Usine de décolletage des Etablissements Barteaux-Barré, puis Emile et Léon Barré
Hautes-Rivières (Les), Gare (rue de la) 3, 5, Usine de décolletage des Etablissements Emile et Léon Barré
Hautes-Rivières (Les), Gare (rue de la) 52, Usine de décolletage et d'estampage Barré-Servais et Cie
Hautes-Rivières (Les), Linchamps, Hubiets (rue des) 1, Usine métallurgique, puis usine de petite métallurgie René-Laurent, puis Laurent Fils
Hautes-Rivières (Les), Sorendal, Industrie (rue de l') 26, Usine de décolletage des Etablissements Manquillet-Pigeot, puis Manquillet et Bertrand, actuellement usine métallurgique Manquillet-Parizel et Cie
Hautes-Rivières (Les), Rotou (rue du) 26, Usine de décolletage Barrois-Badré
Hautes-Rivières (Les), Usine de décolletage (boulonnerie) Stévenin-Badré (repérage)
Hautes-Rivières (Les), Usine métallurgique des Ets Georges Barteaux (repérage)
Monthermé, Bateliers (quai des) 32 ; Doumer Paul (rue), Usine de construction mécanique Adnet Frères, puis usine de décolletage Smet, puis usine de construction métallique Chopineau et Gautier, actuellement atelier municipal et atelier d'artisan
Neufmanil, Usine de décolletage (boulonnerie) Léon Kerfs, puis Picard-Fay (repérage)
Rethel, Comtesse (chemin de la), Usine de décolletage de la Société des brevets d'Halloy, puis robinetterie et fonderie usine métallurgique des Ateliers et Fonderies Strube et Chatel, actuellement usine de menuiserie Gervais
Thilay, Nohan, Butterie (rue de la) 1, 3, Usine de décolletage Avril-Barré, puis Avril
Thilay, Nohan, Butterie (rue de la) 5, Usine de petite métallurgie Paul Parizel-Parizel, puis usine de décolletage des Etablissements Georges Pierre et Cie, actuellement maison
Thilay, Nohan, Butterie (rue de la) 8, Usine de décolletage des Etablissements Leheutre et Cie
Thilay, Couture d'En Bas (rue de la) 5, Usine de décolletage Renault et Mizen, actuellement maison
Thilay, Nohan, Devant Thilay (route) 22, Usine de décolletage Lelong, puis Leinster-Lelong et Cie, actuellement maison
Thilay, Eglise (place de l'), Usine de décolletage Jules Doudoux
Thilay, Nohan, Semoy (rue de la) 11, Usine de petite métallurgie des Etablissements Briard
Thilay, Thomé Eva (rue) 33, Usine métallurgique Faynot (repérage)
Thilay, Nohan, Usine de décolletage (boulonnerie) Pierre Bouquignaud (repérage)
Villers-Semeuse, Lobet Jules (rue) 11, Usine de construction métallique L'Huillier (repérage)

Région Champagne-Ardenne / Direction de la Culture, Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Decrock Bruno.(c) Région Champagne-Ardenne, 2009. Renseignements : Centre de documentation de l’Inventaire, 3 Faubourg Saint-Antoine, 51000 Châlons-en-Champagne. Tél. : 03 26 70 85 94. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (Région Bretagne, SINPA) / Yves Godde (Ville de Lyon)