patrimoine industriel

Champagne-Ardenne, Ardennes

Hautes-Rivières (Les), Sorendal, Industrie (rue de l') 26

Usine de décolletage des Etablissements Manquillet-Pigeot, puis Manquillet et Bertrand, actuellement usine métallurgique Manquillet-Parizel et Cie

Type de dossier : individuel Date de l'enquête : 2007

Désignation

Dénomination : usine de décolletage
Appellation et titre : Etablissements Manquillet-Pigeot, puis Manquillet et Bertrand, actuellement Manquillet-Parizel et Cie
Destinations successives et actuelles de l'édifice : usine métallurgique
Partie(s) constituante(s) non étudiée(s) : atelier de fabrication ; entrepôt industriel ; bureau ; logement patronal ; cité ouvrière

Compléments de localisation

Référence(s) cadastrale(s) : 1982 AP 415, 417 à 420, 427 à 429, 431, 432
Numéro INSEE de la commune : 08218
Aire : Ardennes
Canton : Monthermé
Milieu d'implantation : en village

Historique

Commentaire historique : L'usine Manquillet-Pigeot est une boulonnerie, reprise en 1930 par Georges Manquillet et son associé M. Bertrand. Elle change de raison sociale en 1934 pour devenir Manquillet et Bertrand. L'activité est basée sur la production de boulons, vis, ou types de pièces comme les dents de herses et matériel pour les mines de Lorraine. Puis Robert, fils de Georges Manquillet, reprend l'entreprise à partir de 1936. Il en devient le responsable en 1956, avec orientation de la production vers le secteur du chemin de fer. Les bureaux sont construits en 1960. La construction des ateliers de fabrication est due à l´architecte Lhuillier dans les années 1960 à 1975. Représentant de la troisième génération, Christian Manquillet dirige l'usine dont la raison sociale est devenue Manquillet-Parizel et Cie depuis 1980.
L'usine compte 23 employés en 1944.
Datation(s) principale(s) : 3e quart 20e siècle
Date(s) : 1960
Justification de la datation : daté par tradition orale
Auteur(s) : Lhuillier (architecte)

Description

Commentaire descriptif : Les bureaux d'angle ouvrant le site comportent un soubassement de moellon de schiste et des murs à enduit de couleur crème. Les ateliers de fabrication se répartissent au revers sur trois bâtiments de trois travées dont l'espace est d'un seul tenant. La charpente est métallique, les murs à essentage de tôle. Le bâtiment le plus important longe l'ancienne voie ferrée qui desservait l'usine. Il s'agit du parc des aciers, sous appentis à toiture de ciment amiante. Le logement patronal est situé au sud de la commune, de l'autre côté de la Semoy. Une petite cité ouvrière avait été construite par la famille Manquillet, elle se trouve face à la sortie de l'usine, rue de la Gravelle.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : schiste ; moellon ; béton ; parpaing de béton ; enduit ; essentage de tôle
Matériau(x) de couverture : ciment amiante en couverture ; métal en couverture
Vaisseau(x) et étage(s) : 1 étage carré
Type et nature du couvrement : charpente métallique apparente ; charpente en bois apparente
Type de la couverture : toit à longs pans ; appentis
Source d'énergie : énergie thermique ; énergie électrique ; achetée

Intérêt de l'oeuvre

Oeuvre étudiée

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété privée

Vue générale : entrée du site
Plan du site


Illustrations

Des. 1
Plan du site
Fig. 2
Vue générale : entrée du site
Fig. 3
Archives d'entreprise (années 1950) : l'ancienne entrée de l'usine Manquillet, avec le percement et la construction des bureaux d'angle en 1960
Fig. 4
Archives d'entreprise (années 1960) : vue d'ensemble depuis la rue du Falligeois
Fig. 5
Archives de l'entreprise (années 1950) : four thermique
Fig. 6
Archives d'entreprise (années 1950) : Autre four
Fig. 7
Archives d'entreprise (années 1950) : forgeage estampage, à côté le four artisanal dans lequel chauffent les tiges
Fig. 8
Archives d'entreprise (années 1950) : mouton à col de cygne
Fig. 9
Vue aérienne (années 1960) : à droite les toits de l'usine Manquillet-Parizel
Fig. 10
Publicité des Etablissements Manquillet-Pigeot (années 1930) : articles de boulonnerie (dents de herses)
Fig. 11
Vue aérienne
Fig. 12
Vue aérienne
Fig. 13
Cour intérieure, au fond les murs à essentage de tôle des ateliers de fabrication
Fig. 14
Entrée des expéditions et des matières premières au sud-ouest du site. A gauche le tracé de l'ancienne voie ferrée, actuellement rue de la Roite
Fig. 15
Vue sur le parc aciers depuis la rue de la Gravelle
Fig. 16
Le logement patronal
Fig. 17
Vue sur les logements ouvriers, petite cité située face à l'entrée de l'usine
Fig. 18
Atelier de forge
Fig. 19
Autre angle de vue sur l'atelier de presse
Fig. 20
Usinage des pièces
Fig. 21
La forge. Au sol, les pièces forgées
Fig. 22
Machine à forger horizontale : la barre est prise entre deux matrices, un poinçon (bouterolle) repousse le métal
Fig. 23
Atelier d'usinage
Fig. 24
Magasin actuel qui fut l'ancien atelier originel. La charpente est en bois, seule exception dans l'usine
Fig. 25
Atelier de traitement thermique
Fig. 26
Entrepôt industriel : le parc aciers
Fig. 27
Vue sur l'ancienne gare de Sorendal qui desservait autrefois l'usine
Fig. 28
Les anciens bureaux

Voir

Champagne-Ardenne, Ardennes, Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
Champagne-Ardenne, Ardennes, Boulonneries
Champagne-Ardenne, Ardennes, Logements et châteaux patronaux

Région Champagne-Ardenne / Direction de la Culture, Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Bennani Maya ; Decrock Bruno.(c) Région Champagne-Ardenne, 2007. Renseignements : Centre de documentation de l’Inventaire, 3 Faubourg Saint-Antoine, 51000 Châlons-en-Champagne. Tél. : 03 26 70 85 94. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (Région Bretagne, SINPA) / Yves Godde (Ville de Lyon)