patrimoine industriel

Champagne-Ardenne, Ardennes

Brévilly, Forge (la)

Usine métallurgique Devillez-Bodson, puis Henry frères, puis Société métallurgique de Gorcy

Type de dossier : ensemble ; individuel Date de l'enquête : 1987

Désignation

Dénomination : usine métallurgique
Appellation et titre : Devillez-Bodson, puis Henry frères, puis Société métallurgique de Gorcy
Destinations successives et actuelles de l'édifice : entrepôt commercial
Partie(s) constituante(s) non étudiée(s) : atelier de fabrication ; château d'eau ; cheminée d'usine ; chapelle ; logements d'ouvriers ; logement patronal ; centrale hydroélectrique ; déversoir de superficie

Compléments de localisation

Référence(s) cadastrale(s) : 2008 7B 50 à 60, 69
Numéro INSEE de la commune : 08083
Aire : Ardennes
Canton : Mouzon
Milieu d'implantation : en écart
Cours d'eau : Chiers (la)

Historique

Commentaire historique : Les Forges de Brévilly sont fondées en 1815 par François Devillez- Bodson sur le site d´un moulin qui avait appartenu à l´abbaye de Mouzon. Le nouveau propriétaire installe un laminoir, puis en 1819 deux feux d´affinerie et deux marteaux. L´ensemble est complété en 1824 par un haut fourneau, puis peu après par deux fours à puddler. Après la mort du fondateur l´usine est achetée, avec les autres propriétés de Devillez, par la banque Seillière. Elle est exploitée en location par les deux fils de Devillez, jusqu´à leur faillite en 1838. Elle se compose alors d´un haut fourneau, de trois feux d´affinerie et de deux gros marteaux. En 1840 elle est revendue à la société parisienne Poupillier. En 1845 on y trouve quatre fours à puddler de plus. Poupillier développe l´usine qui devient vers 1850 l´une des plus importantes du département. Elle se compose en 1856 d´un haut fourneau au bois et au coke, de trois cubilots, de quatre feux d´affinerie au charbon de bois, de dix-sept fours dont onze à puddler, de dix équipages de cylindres dont quatre laminoirs, d´un marteau presse, d´un marteau-pilon, et d´un bocard. A partir de 1864 l´usine est exploitée par la société Henry frères, qui a bâti la majeure partie des bâtiments encore visibles. Des logements ouvriers et une chapelle sont construits à la fin du 19e siècle. La centrale hydroélectrique est datée de 1910. En 1942 le site est exploité par la Société métallurgique de Gorcy. L´activité s´arrête en 1978. Actuellement les laminoirs sont occupés par une société de transport (nombreux bâtiments détruits), la tréfilerie et pointerie et le logement de maître par un garage automobile, les ateliers par une entreprise de maçonnerie.
En 1845 le site comporte huit roues hydrauliques. La centrale hydroélectrique est toujours en exploitation.
En 1883 l´usine occupe 400 personnes ; 62 personnes en 1942.
Datation(s) principale(s) : 4e quart 19e siècle ; 1er quart 20e siècle ; 20e siècle
Date(s) : 1910
Justification de la datation : daté par source ; date portée

Description

Commentaire descriptif : Site desservi par voie ferrée.
Les bâtiments de l´usine se développent de part et d´autre de la route qui relie Brévilly à Pourru-Saint-Remy. Côté ouest se trouvent les vestiges de la tréfilerie et pointerie : un bâtiment avec structure en béton armé hourdé de brique côtoie un atelier de fabrication à deux travées. Ce dernier, en moellon calcaire avec ouvertures en brique, est couvert de toitures à longs pans coiffées de lanterneaux. Chaque pignon est ouvert d´une porte cochère surmontée d´un oculus. La chapelle est longue de trois travées. Sa toiture à longs pans et pignons découverts est maintenant couverte de tôle métalliques. L´entrée est précédée d´un porche hors oeuvre et surmonté d´un clocher mur à une seule ouverture. Côté est subsistent une partie des halles de laminoirs, les anciens ateliers de maintenance, la centrale hydroélectrique, le château d´eau et le déversoir. Les halles présentent une structure métallique hourdée de brique en partie basse et essentée en tôle au-dessus. L´atelier de maintenance est construit en moellon et maintenant entièrement enduit de ciment. Sa toiture à longs pans en tuile mécanique est portée par une charpente en bois. La centrale hydroélectrique est un bâtiment allongé entièrement construit en briques de deux coloris (structure couleur foncée et remplissage couleur claire). Les ouvertures rectangulaires présentent des linteaux métalliques. Le porche d´entrée est surmonté d´un campanile avec horloge et niche abritant une statue. Le château d´eau, proche du déversoir, est entièrement en béton armé.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : calcaire ; moellon ; pierre de taille ; fer ; béton ; pan de béton armé ; brique ; pan de fer ; essentage de tôle ; enduit
Matériau(x) de couverture : tuile mécanique ; tôle ondulée
Vaisseau(x) et étage(s) : 1 étage carré
Type et nature du couvrement : charpente métallique apparente ; charpente en bois apparente
Type de la couverture : toit à longs pans ; lanterneau
Source d'énergie : énergie hydraulique ; énergie électrique ; produite sur place
Représentation : saint Joseph ; Sacré-Coeur ; Vierge
Précision sur la représentation : Des statues en fonte sont disposées dans des niches sur certains bâtiments : la Vierge sur les ateliers, Sacré-Coeur au niveau de la centrale et le saint Joseph provient d'un bâtiment détruit.
Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; menacé

Intérêt de l'oeuvre

Elément(s) remarquable(s) : chapelle ; atelier de fabrication
Observations : Atelier de fabrication à charpente métallique de type Eiffel ; proviendrait d'un pavillon d'une Exposition Universelle.
Oeuvre étudiée

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété privée

La chapelle
Plan du site


Documentation

Documents d'archives

AN. Série F14 : 4297, forges de Brévilly 1815 - 1860.

AN. Minutier Central - XIII / 687 12 février 1840 (vente par Seillière à Poupillier).

AN, F12 9429, le fonds de l' OCRPI période 1940-1949.

AN, F12 4483.

Bibliographie

ANDRE, Louis, BELHOSTE, Jean-François, BERTRAND Patrice. La métallurgie du fer dans les Ardennes (XVIe-XIXe). Cahiers de l'Inventaire n°11, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Champagne-Ardenne, 1987, p. 54.

VERRY (?), M. n° 83.



Illustrations

Des. 1
Plan du site
Fig. 2
Vue extérieure du bâtiment des turbines daté de 1910
Fig. 3
Vue extérieure du bâtiment des turbines daté de 1910
Fig. 4
Vue extérieure des bâtiments, halle
Fig. 5
Vue extérieure des bâtiments, bief et la Chiers
Fig. 6
Vue extérieure des bâtiments
Fig. 7
Vue extérieure des bâtiments
Fig. 8
Vue de la digue du déversoir
Fig. 9
Vue de la digue du déversoir
Fig. 10
Vue d'ensemble du déversoir
Fig. 11
Vue d'ensemble du déversoir
Fig. 12
Vue d'ensemble du déversoir
Fig. 13
Vue d'ensemble du déversoir
Fig. 14
Vue aérienne du site, depuis le nord
Fig. 15
Vue aérienne du site, au centre : le déversoir
Fig. 16
Vue aérienne du site depuis le sud
Fig. 17
Vue aérienne du site, la partie clouterie tout à gauche
Fig. 18
Vue aérienne du site, au centre : le déversoir
Fig. 19
Vue aérienne du site, au centre : le déversoir
Fig. 20
Vue aérienne du site, au centre : le déversoir
Fig. 21
Plan du site en 1823
Fig. 22
Plan du haut-fourneau et de la forge en 1840
Fig. 23
Hall des laminoirs vers 1920
Fig. 24
Vue d'ensemble du site vers 1920
Fig. 25
Vue aérienne : le site installé dans un méandre de la Chiers
Fig. 26
Vue aérienne : hall de laminoir, cheminée et déversoir en arrière-plan
Fig. 27
Vue aérienne : centrale hydroélectrique
Fig. 28
Le pont passant au-dessus de la Chiers, menant vers Pouru-Saint-Remy
Fig. 29
Vue de la tréfilerie
Fig. 30
Vue depuis le pont menant Pouru-Saint-Remy
Fig. 31
Vue aérienne du milieu du 20e siècle
Fig. 32
Vue aérienne du milieu du 20e siècle
Fig. 33
La chapelle au début du 20e siècle
Fig. 34
Vue aérienne (après 1978)
Fig. 35
Dans la rue principale (vers 1980)
Fig. 36
Dans la rue principale (vers 1980)
Fig. 37
Dans la rue principale, sur le pont de Pouru-Saint-Remy (vers 1980)
Fig. 38
Destruction d'un hall (vers 1980)
Fig. 39
Destruction d'une des cheminées (vers 1980)
Fig. 40
Vue générale
Fig. 41
En amont du déversoir
Fig. 42
La centrale hydro-électrique
Fig. 43
Le beffroi de la centrale, daté de 1910 (restauration 1974), une statue du Sacré-Coeur orne la niche
Fig. 44
Statue de saint Joseph qui ornait un bâtiment maintenant détruit
Fig. 45
Signature sur la statue de saint Joseph : A. Durenne à Paris
Fig. 46
Blockhaus militaire à proximité du château d'eau
Fig. 47
Bâtiment des laminoirs en cours de destruction, porte la date de 1944
Fig. 48
Emplacement de bâtiment des laminoirs détruit
Fig. 49
La cheminée des fours
Fig. 50
La base de la cheminée des fours
Fig. 51
Charpente métallique
Fig. 52
Détail des murs, de nature composite : moellon calcaire, brique, bardage métallique
Fig. 53
Bâtiment Eiffel
Fig. 54
Bâtiment Eiffel
Fig. 55
Bâtiment Eiffel
Fig. 56
Bâtiment Eiffel
Fig. 57
Emplacement des trains de laminoir
Fig. 58
Vestiges de four
Fig. 59
Bâtiment des ateliers de maintenance
Fig. 60
Charpente des ateliers de maintenance
Fig. 61
Niche avec statue de l'Immaculée Conception sur le bâtiment des ateliers de maintenance
Fig. 62
Garage de la locomotive
Fig. 63
Bâtiment de la tréfilerie / pointerie
Fig. 64
Bâtiment de la tréfilerie / pointerie
Fig. 65
La chapelle
Fig. 66
La chapelle
Fig. 67
La chapelle : vue intérieure
Fig. 68
La chapelle : vue intérieure
Fig. 69
Partie de l'habitat ouvrier (rive droite de la Chiers)

Voir

Champagne-Ardenne, Ardennes, Inventaire du patrimoine industriel du département des Ardennes (08)
Champagne-Ardenne, Ardennes, Logements et châteaux patronaux
Champagne-Ardenne, Ardennes, Usines métallurgiques

Région Champagne-Ardenne / Direction de la Culture, Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel. Chercheur(s) : Griot François ; Alves Gilles ; Decrock Bruno.(c) Région Champagne-Ardenne, 1987. Renseignements : Centre de documentation de l’Inventaire, 3 Faubourg Saint-Antoine, 51000 Châlons-en-Champagne. Tél. : 03 26 70 85 94. Document produit par Renabl6 : (c) Pierrick Brihaye (Région Bretagne, SINPA) / Yves Godde (Ville de Lyon)