enquête thématique départementale (recensement des églises et chaplles du département de la Haute-Marne) ; recensement immeubles MH

Champagne-Ardenne, Haute-Marne

Bourbonne-les-Bains

Église paroissiale Notre-Dame-en-son-Assomption

Type de dossier : individuel Date de l'enquête : 2007

Désignation

Dénomination : église paroissiale
Vocable : Notre-Dame-en-son-Assomption

Compléments de localisation

Numéro INSEE de la commune : 52060
Aire : Haute-Marne
Canton : Bourbonne-les-Bains
Milieu d'implantation : en village

Historique

Commentaire historique : L'église de Bourbonne était le siège d'une cure à la collation de l'abbé de Saint-Vincent de Besançon, qui conservait le titre de curé primitif, depuis sa donation, en 1140, en même temps que le prieuré du lieu par l'archevêque Humbert.
L'église Notre-Dame-en-son-Assomption est un édifice gothique, influencé par la grande abbaye voisine de Morimond fondée en 1115, où se mêlent les influences cisterciennes et bourguignonnes. Sa construction a dû s'étaler entre la seconde moitié du 12e siècle et la première moitié du 13e siècle. En effet en 1202, Willaume, fille de Regnier II de Choiseul épousa Gui de Tricastel et apporta en dot une partie de la seigneurie de Bourbonne qui resta dans cette famille jusqu'à la fin du siècle. Or la clé de voûte de la chapelle des seigneurs (dernière travée du collatéral sud) porte les armes de Tricastel (de gueules à la clé d'or posée en pal) recouvertes de couches de peinture.
D'après l'historien langrois Charlet, l'église aurait été incendiée pendant la guerre de Trente Ans par les Suédois. Elle le fut une seconde fois en 1717, dans un sinistre qui dévasta presque toute la ville. Le feu brûla la charpente et la toiture de l'église, détruisit le clocher, fondit les cloches et endommagea les voûtes de la nef.
En 1852, le clocher fut visité par un expert qui constata que l'inclinaison de la flèche (1 mètre) s'était accentuée par rapport à 1839 à cause du pourrissement des sablières.
En 1860, il fut question de démolir l'église car elle fut jugée en mauvais état et trop petite pour contenir la population. Cependant, l'architecte du gouvernement Lenormand, attaché aux monuments historiques depuis 1836, proposa dans un rapport de la faire classer et restaurer pour 30000 francs. Il dressa pour cela des plans et constata que les colonnes engagées de la nef avaient été entaillées pour lui faire gagner de la largeur ce qui provoqua des désordres dans l'aplomb des murs (visible sur un dessin de Sagot daté de 1863).
Mais en février 1865, l'architecte Charles Bastien dressa tout de même les plans pour une nouvelle église. Il établit finalement, en 1867, un devis pour la réfection totale des charpentes et des couvertures des bas-côtés.
En 1874, l'architecte-voyer du lieu proposa de démolir la flèche. Ces travaux furent adjugés aux frères Drouhin charpentier à Bourbonne et exécutés.
En 1875, après avoir obtenu le classement de l'édifice, des devis et plans furent établis par les architectes Emile Boeswilwald et Anatole de Baudot pour la restauration qui comprenait la réfection des piles (reprises de deux piles séparant la nef du bas-côté sud), la restauration du petit portail, de quatre pilastres, la réfection de quatre fenêtres du bas-côté nord, le grattage des badigeons et la restauration des contreforts du bas-côté sud, la réfection de la couverture de la nef, l'agrandissement de la nef par ajout d'une travée supplémentaire à et d'un porche l'ouest, la réfection de l'autel, la restauration des orgues, la surélevation du clocher et le dégagement des abords par destruction de maisons pour les promenades. Les travaux furent adjugés à Antoine Vitre de Villars-Saint-Marcellin le 31 juillet 1875 et terminés en 1880 sous la direction d'Anatole de Baudot, élève de Viollet-le-Duc. L'agrandissement de la nef déplaça ainsi de quelques mètres sa façade et le portail d'origine ce qui permit la création d'un porche surmonté d'une tribune.
La flèche du clocher fut restaurée en 1903.
Datation(s) principale(s) : 2e moitié 12e siècle ; 1ère moitié 13e siècle ; 4e quart 19e siècle
Date(s) : 1875
Justification de la datation : daté par source
Auteur(s) : Bastien Charles (architecte) ; Lenormand (architecte) ; Boeswilwald Emile (architecte) ; Baudot de Anatole (architecte) ; Brocard H.-R. (architecte) ; Vitre Antoine (entrepreneur)
Justification de l'attribution : attribué par source

Description

Commentaire descriptif : Edifice de plan allongé en pierre de taille de grès entièrement voûté d'ogives.
La nef est à trois vaisseaux de six travées mais le vaisseau central est plus long d'une travée à l'ouest. Cette dernière accueille la tribune d'orgue.
Le choeur est composé de deux travées droites et se termine par un chevet plat percé d'un triplet surmonté d'une rose. La première travée est accostée de deux chapelles ouvrant sur le choeur et les collatéraux. Une armoire eucharistique obturée est ménagée dans le mur du chevet.
Le clocher, couronné d'une flèche polygonale en pierre, est campé sur la chapelle latérale nord du choeur. La tourelle d'escalier en vis hors-oeuvre est logée dans l'angle rentrant du clocher et du choeur. On accède à l'église par le portail de la façade occidentale et par celui du collatéral nord.
Le choeur et la nef sont couverts de tuile plate et les collatéraux, à couverture séparée, de tuile mécanique.
Matériau(x) de gros-oeuvre et mise en oeuvre : grès ; pierre de taille ; grand appareil ; moyen appareil
Matériau(x) de couverture : tuile plate ; tuile mécanique
Parti de plan : plan allongé
Vaisseau(x) et étage(s) : 3 vaisseaux
Type et nature du couvrement : voûte d'ogives
Type de la couverture : toit à longs pans ; flèche polygonale
Emplacement, forme et structure de l'escalier : escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Technique du décor : vitrail (étudié dans la base Palissy) ; sculpture (étudié dans la base Palissy) ; sculpture (étudiée dans la base Palissy)
Représentation : crochet ; feuillage ; tête humaine ; homme
Précision sur la représentation : Chapiteaux à crochet et feuillage dans le choeur, la nef et aux deux portails.
Les archivoltes du triplet du chevet présentent des têtes humaines et un personnage assis en tailleur.
Etat de conservation : bon état

Intérêt de l'oeuvre

Intérêt de l'oeuvre : à signaler
Elément(s) remarquable(s) : choeur ; nef ; portail
Observations : Figure sur la liste du 18 ; 04 ; 1914 (J.O.).
L'intérieur de l'église Notre-Dame-en-son-Assomption, datant de la fin du 12e siècle, est assez exceptionnel par son état de conservation.
Oeuvre étudiée

Situation juridique

Statut de la propriété : propriété de la commune
Date(s) et nature de la protection MH : 1875 : classé MH
Précisions sur la protection : Eglise : classement par liste de 1875.

Vue générale
Plan

Données complémentaires :

Précisions sur l'état de conservation Edifice en bon état, sain, fréquenté et entretenu.
Appréciation des conditions de conservation des objets (de 0 à 5) 0
Appréciation de la vitesse de dégradation de l'édifice (0, 1 ou 2) 0
Diocèse ancien de localisation diocèse de Besançon


Documentation

Documents d'archives

Archives départementales de Haute-Marne, série E dépôt, 6728.

Documents figurés

Musée de Langres, 864-1-11 864-1-15 ; 981-4-3 981-4-5.
Archives départementales de Haute-Marne, sous-série 8 Fi, 61-105 ; 61-228 61-231.
Archives départementales de Haute-Marne, sous-série 6 Fi, 677 680.

Bibliographie

ROUSSEL, (abbé). Le Diocèse de Langres. Histoire et statistique. t. II, 1875, Langres, p. 241-242.

RONOT, Henry. La cathédrale Saint-Mammès et l'église Saint-Martin de Langres. Coll. Nefs et clochers, Paris, 1950, p. 5-7.

PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie (dir.). Le guide du patrimoine de Champagne-Ardenne. Paris : Hachette Livre, coll. Hachette Pratiques, Tourisme, 1995, p. 109.

BROCARD, R. Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Langres, 1996, t. XXII, p. 145.

J. S. Bourbonne-les-Bains. Eglise Notre-Dame-en-son-Assomption. Guide de visite, .



Annexes

  1. En 1803, Antoine Dominique, platrier-sculpteur italien demeurant à Langres, restaura les défauts des murs et voûtes du choeur et des bas-côtés au plâtre, blanchit toute l'église avec de la chaux provenant des fours de Langres. En 1804, on procéda à une grosse restauration de la couverture, de la charpente (notamment au clocher alors couvert d'un dôme central et quatre petits aux angles), aux vitraux et aux joints de tous les contreforts d'une grande partie de l'église ; on refit également le pavage en pierre de Chatillon.
    Le clocher, dont la charge incombait au prieur de Saint-Vincent, dut poser problème très tôt car dès 1790 on s'en inquièta. En 1817, on restaura la couverture en bardeaux et la maçonnerie extérieure du clocher suivant un devis de Wandelaincourt, garde du génie en chef, mais des pluies et des ouragans entrainèrent de nouveaux travaux en 1827 et en 1839.




Illustrations

Des. 1
Plan
Doc. 2
Plan de l'église à la fin du 18e siècle
Doc. 3
Carte postale représentant l'église en 1830
Doc. 4
Vue de Bourbonne en 1847, Delage
Doc. 5
Lithographie du chevet de l'église et de la fontaine, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 6
Lithographie du chevet, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 7
Vue du chevet, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 8
Vue du chevet, 2e moitié du 19e siècle, Sagot
Doc. 9
Vue extérieure, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 10
Le porche avant restauration, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 11
Le bas-côté sud, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 12
Intérieur du bas-côté sud, 2e moitié 19e siècle, Sagot
Doc. 13
Intérieur de la nef, 1863, Sagot
Doc. 14
Planche lithographiée de la SHAL représentant les chapiteaux, Brocard, 2e moitié 19e siècle
Doc. 15
Plan, coupe et élévation de l'église en 1865 par Charles Bastien en vue d'une reconstruction
Doc. 16
Elévation du chevet en 1865 par Charles Bastien
Doc. 17
Plan du projet de reconstruction de l'église par Charles Bastien, 1865 (non exécuté)
Doc. 18
Elévation de la façade occidentale du projet de reconstruction de l'église par Charles Bastien, 1865 (non exécuté)
Doc. 19
Projet de restauration de l'église vers 1874 par Boeswilwald ou Brocard
Doc. 20
Vue de l'église le 18 septembre 1876
Doc. 21
Vue générale, début 20e siècle
Doc. 22
Vue générale en 1902
Doc. 23
Vue générale, début 20e siècle
Doc. 24
Vue intérieure, début 20e siècle
Fig. 25
Vue de détail
Fig. 26
Vue générale
Fig. 27
Vue partielle
Fig. 28
Vue partielle (la tour du clocher côté nord)
Fig. 29
Vue latérale (le flanc nord)
Fig. 30
Vue partielle (la façade occidentale)
Fig. 31
Vue partielle (portail latéral nord)
Fig. 32
Vue de détail (voussures du portail nord)
Fig. 33
Vue partielle (tympan du portail nord)
Fig. 34
Vue de détail (voussures du portail nord)
Fig. 35
Vue latérale (flanc nord)
Fig. 36
Vue partielle (le portail occidental)
Fig. 37
Vue partielle (le portail nord)
Fig. 38
Vue latérale (le chevet et la tour du clocher vus depuis l'angle nord)
Fig. 39
Vue partielle (angle de la façade principale, côté sud)
Fig. 40
Vue partielle
Fig. 41
Vue partielle
Fig. 42
Vue partielle
Fig. 43
Vue partielle (le chevet)
Fig. 44
Vue partielle (les baies du chevet)
Fig. 45
Vue de détail (ornementation du triplet)
Fig. 46
Vue de détail (mur du chevet au sud, l'oculus de l'ancienne armoire eucharistique)
Fig. 47
Vue partielle (la sacristie)
Fig. 48
Vue partielle
Fig. 49
Vue de détail
Fig. 50
Vue latérale (flanc sud)
Fig. 51
Vue partielle
Fig. 52
Vue partielle (intérieur, vue sur le choeur)
Fig. 53
Vue partielle (les voûtes de la nef)
Fig. 54
Vue partielle (la nef vue depuis la tribune d'orgue)
Fig. 55
Vue partielle (les chapiteaux du mur nord de la nef)
Fig. 56
Vue de détail (nef, partie haute, les chapiteaux des pilastres engagés)
Fig. 57
Vue de détail
Fig. 58
Vue partielle (le choeur)
Fig. 59
Vue de détail (vue rapprochée des voûtes de la nef)
Fig. 60
Vue partielle (le revers de la façade occidentale et la tribune d'orgue)
Fig. 61
Vue de détail (arc de la baie axiale du chevet)
Fig. 62
Vue partielle (la nef vue depuis le choeur)
Fig. 63
Vue partielle
Fig. 64
Vue partielle (les voûtes de la nef, depuis le choeur)
Fig. 65
Vue partielle (arcades nord de la nef)
Fig. 66
Vue partielle (le mur occidental, sous la tribune)
Fig. 67
Vue partielle (élévation nord de la nef)
Fig. 68
Vue partielle (le bas-côté nord)
Fig. 69
Vue partielle (pilier du bas-côté nord)
Fig. 70
Vue de détail (chapiteaux à crochets et feuilles plates du bas-côté nord)
Fig. 71
Vue de détail (clef de voûte)
Fig. 72
Vue de détail
Fig. 73
Vue de détail
Fig. 74
Vue partielle (le mur nord de la nef)
Fig. 75
Vue partielle (bas-côté sud)
Fig. 76
Vue partielle (le bas-côté sud, vers le choeur)
Fig. 77
Vue partielle (mur nord de la nef)
Fig. 78
Vue partielle
Fig. 79
Vue partielle (mur sud de la nef)
Fig. 80
Vue de détail
Fig. 81
Vue de détail

Voir

Champagne-Ardenne, Haute-Marne, Recensement des églises et chapelles du département de la Haute-Marne
Champagne-Ardenne, Haute-Marne, Canton de Bourbonne-les-Bains
Champagne-Ardenne, Haute-Marne, Lieux de culte séculiers du département

Chercheur(s) : Decrock Bruno ; Bennani Maya ; Marasi Julien. (c) Région Champagne-Ardenne, 2007. Renseignements : Service Régional de l'Inventaire, Direction de la Culture, Région Champagne-Ardenne, 5 rue de Jéricho 51037 Châlons-en-Champagne cedex. Tél. : 03.26.70.85.94.
(Document produit par RenablLyon : P. Brihaye, DRAC Bretagne / Y. Godde, Ville de Lyon)